Dans la tête de Franck Le Ouay, co-fondateur et CEO de Lifen

Pour notre second épisode du podcast What Health, nous recevons Franck Le Ouay, co-fondateur et CEO de Lifen. A travers cette tribune, nous souhaitons partager avec vous la vision de l’entreprenariat de cet entrepreneur à succès.

Publié le 16 juin 2022 à 08h50

 

Cet article est basé sur le second épisode de notre podcast What Health, avec comme invité Franck Le Ouay. Pour écouter l’épisode rendez-vous sur Spotify et n’oubliez pas de vous abonner pour recevoir une notification lorsque le prochain épisode sortira, ainsi que de mettre 5 étoiles pour nous aider à émerger.  

Pour notre second épisode du podcast What Health, nous recevons Franck Le Ouay, co-fondateur et CEO de Lifen

Alors avant toute chose, Lifen, qu’est-ce que c’est ?  

C’est une startup qui aide l’ensemble des acteurs de l'écosystème de santé à soigner ensemble, en leur permettant de mobiliser les données de santé et innovations les plus pertinentes pour le soin. Par exemple, Lifen aide les professionnels de santé à gérer l'ensemble de leurs envois électroniques et postaux dans une solution unique, ou encore à organiser et automatiser leurs plannings de garde, d’astreinte et de service ou à faciliter, ou même à accélérer et sécuriser le déploiement des solutions de e-santé au sein des SIH grâce à une intégration unique. 

Finalement, Lifen est un tiers de confiance, expert de la donnée de santé, qui permet d’améliorer le parcours de soin et la prise en charge du patient, en facilitant le travail des professionnels de santé. 

Derrière Lifen il y a des centaines de collaborateurs et trois co-fondateurs Franck Le Ouay (co-fondateur de Critéo, cotée au Nasdaq), Alexandre Huckert et Etienne Depaulis (fondateurs d'une start-up dans le domaine de la santé). Nous avons eu la chance d’échanger avec Franck, pour connaître son mindset d’entrepreneur et son parcours depuis ses études jusqu’à aujourd’hui. 

Cet échange, animé par Vincent Puren, nous a permis d’en apprendre beaucoup sur la vie de Franck. De ses différentes expériences business, aux levées de fonds qu’il a traversées, en passant par son expérience de croissance internationale, nous avons eu une vision détaillée de la vie de cet entrepreneur à succès. 

A travers cette tribune, nous souhaitons partager avec vous la vision de l’entreprenariat de Franck Le Ouay, un aperçu qui nous permet de comprendre comment il en est arrivé jusqu’ici et quels enseignements il peut être bon de prendre en compte, lorsque l’on se lance dans l’aventure entrepreneuriale. 

L’entreprenariat c’est avant tout une aventure humaine 

Un des principaux traits qui ressort de notre échange avec Franck, c’est l’humilité. 

« Il faut avoir l’humilité de reconnaître ses faiblesses, pour trouver les personnes qui peuvent nous compléter, apporter l’expertise manquante au projet, sans quoi il manque inévitablement quelque chose à l’aventure. » 

Franck nous confie que ce qu’il apprécie par-dessus tout dans l’entreprenariat c’est l’aventure humaine que cela implique. C’est la rencontre avec des femmes et des hommes qui ensuite partagent sa route, pour construire quelque chose. 

Franck nous raconte que l’entreprenariat est souvent semé d’embûches. C’est un parcours qui nécessite de naviguer sans vraiment savoir la destination. Finalement il faut une certaine part d’insouciance, une grosse part de résilience mais dans un état d’esprit particulier, puisqu’il faut y croire et être positif, malgré les obstacles et les mauvaises expériences. 

Alors tout seul ce n’est pas évident et c’est pour cela que six mois après la naissance de l’idée de Criteo, première startup créée par Franck, ce-dernier est rejoint par un ami, Romain Niccoli, qu’il convainc finalement d’intégrer le célèbre incubateur Agoranov, leur permettant ainsi d’assister et participer à des évènements, des pitchs, des échanges avec d’autres entrepreneurs. 

6 mois plus tard, en écoutant Jean Baptiste Rudelle pitcher un projet identique à celui de Criteo, Franck et son collègue et ami décident de poursuivre les échanges avec cet entrepreneur. Ce jour marque le point de rencontre entre la tech, représentée par Franck et son collègue et le business, porté par Jean Baptiste Rudelle, qu’ils mettront au service de Criteo. 

Ils auraient pu décider d’avancer chacun de leur côté, considérant qu’ils étaient concurrents, mais ont choisi de lier leurs expertises, pour créer quelque chose de plus fort, sachant chacun reconnaître qu’ils avaient besoin de leurs savoir-faire mutuel pour aller plus loin. Un bel exemple d’humilité. 

Cette rencontre professionnelle est une des premières qui a réellement eu un impact considérable sur la vie de Franck, mais elle est finalement loin d’être la seule, puisqu’à la suite de cela, les entrepreneurs déménagent à New-York, Criteo entre en bourse, puis Franck quitte cette aventure pour se lancer dans un projet fou : l’entreprenariat en santé, avec Honestica, qui deviendra ensuite Lifen, plateforme de coordination médicale pour les établissements de santé et les praticiens libéraux. 

Changer les choses, avoir un réel impact. 

Lorsque Franck décide de laisser Criteo vivre sans lui, en 2015, de la même façon que l’on voit son enfant partir hors du nid, pour vivre sa vie, il décide que sa prochaine aventure ne sera pas dans la publicité. 

C’était important pour Franck de se lancer dans un projet fort de sens, un projet impactant, qui changerait les choses parce que nous en aurions réellement besoin. C’est donc assez naturellement qu’il s’attaque au secteur de la santé. 

Il revient sur la manière dont il a appréhendé ce secteur, les acteurs qui le composent. Etant un secteur extrêmement difficile à pénétrer il faut arriver à convaincre les acteurs qui sont déjà présents et impliqués. 

Par ailleurs, c’est un secteur en crise depuis des années et les tensions ne cessent de croître, ce qui laisse peu de place pour manœuvrer et prendre sa part, encore moins quand sa volonté est de changer drastiquement les choses. 

Mais tout cela n’a pas découragé Franck et ses deux associés. Ils décident de s’accrocher, de présenter leur projet, de travailler d’arrachepied. Ils arrivent d’ailleurs à convaincre et embarquer Philippe Douste Blazy, ancien ministre de la santé, qui croit suffisamment en ce projet pour s’y investir, ce qui lui donnera une impulsion particulière. 

Reste cependant la question de la légitimité. Le secteur de la santé est complexe et l’exigence y est plus importante que dans n’importe quelle industrie. C’est pourquoi il nous confie qu’il a fallu beaucoup d’écoute, d’humilité pour avancer et opérer dans ce domaine, pour se lancer et décoler. 

« Trop de frein, pas assez d’innovation. » c’est cela qui motive aujourd’hui Lifen à se développer. Dans un système où tout paraît immobile, inchangeable, il apparaît évident que l’innovation est la clef. C’est alors pas à pas, en essayant de convaincre acteur après acteur que Lifen avance vers son but d’être un tiers de confiance, viable, fiable, intuitif, pour les professionnels de santé, afin d’améliorer le parcours de soin. 

3 freins à solutionner pour aider les entrepreneurs en e-santé  

Après plusieurs années sur le marché et avec du recul, Franck Le Ouay constate quelques freins qui peuvent être estompés pour faciliter la vie à l’ensemble des entrepreneurs en e-santé. 

  • Définir la limite de l’implication de l’Etat face aux industries.  

Franck rappelle que la logique régalienne est nécessaire dans notre société, mais comment définir jusqu’où elle n’entrave pas l’innovation ? 

L’industrie a besoin de confiance, d’espace pour se développer et créer le changement, d’autant plus dans le secteur de la santé. Selon Franck, une meilleure définition des limites ne serait que bénéfique pour le système dans sa globalité, puisque les acteurs sont interdépendants et doivent travailler ensemble, dans une logique d’évolution. 

  • Les appels d’offre sont un frein à l’innovation, d’abord pour l’Etat, mais aussi pour les entrepreneurs. 

Trop rigides, trop cadrées, elles ne permettent pas aux entrepreneurs d’aller au bout de ce qu’ils pourraient imaginer, créer. Parallèlement, elle implique que l’Etat se coupe d’un potentiel énorme d’innovation, qui pourrait être au service et dans l’intérêt de tous. 

En effet, déjà confronté à des appels d’offres, Franck nous confie que c’est une expérience compliquée, puisqu’il ne laisse que peu de place à la créativité, moteur pour les entrepreneurs qui souhaitent innover et faire bouger les lignes. 

  • L’harmonisation Européenne 

Franck nous confie qu’à l’échelle de la France les règles et consignes ne sont déjà pas très claires, notamment sur le sujet du stockage des données de santé, sujet majeur pour l’industrie de la Santé et notamment pour Lifen.  

Il y a un besoin de clarifier les choses, harmoniser les règles, savoir exactement ce qui est nécessaire de mettre en place selon son besoin et son ambition. C’est d’autant plus vrai en Europe, ou les règles sont encore différentes d’un pays, voire d’une région à l’autre. 

La confiance au cœur du système et de l’innovation 

La confiance est capitale. Elle l’est d’autant plus lorsque l’on décide de s’attaquer à un sujet sensible, comme le sujet des données de santé, pierre angulaire de la startup Lifen. 

Lorsque le sujet traité est d'intérêt public, alors la confiance doit être mise au cœur du processus. Pour les patients notamment, utilisateurs finaux des innovations, et avec les acteurs qui contribuent à faire marcher le système, dans un premier temps.  

Dans un système comme celui de la santé, où il est difficile de faire bouger les choses, beaucoup sont réfractaires au changement et il est davantage difficile de construire un climat de confiance avec eux, ce qui entraine des difficultés pour aller au bout des innovations.  

Cependant, Franck nous confie que lorsque ces mêmes personnes sont convaincues, à force de preuves, de cas d’usage, de retours d’expérience, de temps, alors ce sont ces mêmes personnes qui deviennent les ambassadeurs du changement et de l’innovation elle-même. 

C’est pourquoi, il est important de construire un produit, un service, qui répond avant tout aux besoins et aux attentes de ses utilisateurs, pour bâtir une confiance et créer l’innovation. 

 

-- 

A travers ces quelques lignes, nous vous confions une partie de l’état d’esprit d’entrepreneur de Franck Le Ouay, co-fondateurs de deux entreprises, dont une aujourd’hui côté en bourse, Criteo et une présente dans le célèbre Next40, Lifen. 

Un parcours inspirant, qui nous permet d’obtenir quelques clefs pour appréhender la construction d’une entreprise et les obstacles potentiels dans la vie d’un entrepreneur. 

Pour visionner le podcast en images c’est par ici, sinon, rendez-vous sur notre page Spotify pour la version audio.  

N’oubliez pas de vous abonner et de nous laisser un commentaire. 

A très vite pour le prochain podcast. 

Ceci pourrait vous intéresser